ACCUEIL

   
CIPM
AUTEURS
PUBLICATIONS
SONOTHÈQUE
RÉSEAU
BIBLIOTHÈQUE
ARCHIVES
COMMANDE
LETTRE D'INFO
CAHIER CRITIQUE DE POÈSIE

AUTEURS

Olga Sedakova


Olga Sedakova



Olga Sedakova, née en 1949 à Moscou, est essentiellement poète. Elle est également philologue, professeur de littérature à l’université de Moscou, traductrice (Dickinson, Eliot, Pound, Dante, Rilke, Celan, Baudelaire, Ronsard, Claudel, Saint-François d’Assises), et auteur de très nombreux essais (sur la poésie, la littérature, la langue, les textes liturgiques, ...).
Proche, dans les années 70, de l’école structuraliste de Tartu que dirigeait Iouri Lotman, et se rattachant à ce qu’on appelait alors la « seconde culture », ses poèmes ont d’abord circulé sous forme de samizdat.
Son premier recueil est publié à Paris, aux éditions YMCA-Press en 1986. Les publications se sont ensuite multipliées en Russie, comme à l’étranger où elle est traduite dans plus de quinze langues. De nombreux prix, en Russie et à l’étranger, honorent son oeuvre.
Olga Sedakova ou la résistance de la forme, Olga Sedakova, un poète contemporain à contre-courant* (qui se reconnaît comme maîtres Khlebnikov, Mandelstam, Dante, et Rilke) est « une des figures les plus remarquables et des plus
singulières de la poésie russe actuelle ».
Dans un entretien** de 1996, Olga Sedakova précisait : « Le style qui me satisfait complètement, c’est grosso modo le style de l’oubli de soi. Il peut s’exprimer dans la stylistique la plus variée : dans la nonchalance, la spontanéité géniales qu’atteignaient les vieux dessinateurs chinois ou dans la peinture spirituelle, aux harmonies multiples des icônes byzantines. On peut encore user du terme d’insouciance pour qualifier cette peinture. Comme dans la comptine anglaise de la dame sur un cheval blanc :
With rings on her fingers
And bells on her toes
She shall have music
Wherever she goes.

Où qu’elle aille, même si tout s’envole autour d’elle, She shall have music. »

Notes :
*. Selon les titres des pré et postfaces des traducteurs du Voyage en Chine et autres poèmes, Léon Robel & Marie-Noëlle Pane, Paris, Caractères, 2004.
**. Entretien réalisée par Valentina Poloukhina, en 1996 (Pour que la parole devienne ta parole, traduit du russe par Ghislaine Capogna Bardet, traductrice du premier texte édité en français : Éloge de la poésie, L’Âge d’homme, 2001).


écouter :

La Musique

Parmi les nombreuses publications en russe :
Poèmes et Proses, oeuvres en deux volumes, Moscou, NFQ, 2001.

En français :
Éloge de la poésie, traduit du russe par Ghislaine Capogna Bardet, Lausanne, L’Âge d’homme, 2001.
Le Voyage en Chine et autres poèmes, traduits du russe par Léon Robel & Marie-Noëlle Pane, Caractères, 2004.
Voyage à Tartu, suivi de Poésie & Anthropologie et de Quelques remarques sur l’art de la traduction, traduits du russe et annotés par Philippe Arjakovsky, Sauve, Clémence Hiver, 2005.




Cahiers du Refuge :
140

interventions au cipM :

Olga Sedakova (Manifestations)