ACCUEIL

   
CIPM
AUTEURS
PUBLICATIONS
SONOTHÈQUE
RÉSEAU
BIBLIOTHÈQUE
ARCHIVES
COMMANDE
LETTRE D'INFO
CAHIER CRITIQUE DE POÈSIE

AUTEURS

Birgitta Trötzig





• Le destitué, traduit du suédois par Jeanne Gauffin, préface de C.-G. Bjurström, Gallimard, 1963.
• La ville et la mer, traduit du suédois par Jeanne Gauffin, Gallimard, 1965.
• La Reine, précédé de Barbara et de Les vivants et les morts, traduit du suédois par Monique d’Argentré et Jeanne Gauffin, Gallimard, 1968.
• L’accusation, traduit du suédois par Monique d’Argentré, préface de Pierre Emmanuel, Gallimard, 1971.
• La maladie, traduit du suédois par Jeanne Gauffin, Gallimard, 1977.
• La fille du Roi Crapaud, traduit du suédois par Monique d’Argentré-Rask, Gallimard, 1988.
• Doubles vies, traduit du suédois par C. G. Bjurström, Gallimard, 2001.
• Contexte / Matériaux, traduit du suédois par Régis Boyer, José Corti, 2003.


extrait :
(Seuil, limite, différence, dehors, dedans)
Quel est donc le lien entre l’art et la nature ? où se présente l’espace imaginaire qui n’est ni l’un ni l’autre ?
Ce que l’on appelle le moi, on peut s’en tirer sans lui.
La limite, le secret du seuil. Qu’y a-t-il dehors, qu’y a-t-il dedans, qu’y a-t-il au dehors de moi, qu’y a-t-il au dedans de moi ?
Sur le seuil. Pas en deçà, pas au-delà.
Seulement dans le mouvement pour franchir le seuil. Que la membrane illusoire se brise, le « moi » voyant falsifié. Alors, le monde se fait nu. Des lumières parlent, des pierres respirent. L’oeil devient une noire planète, c’est le monde qui est voyant à présent. Les arbres sortent de terre leurs racines, les élèvent du terreau d’arbres morts. L’argile et la voie humaine sont le voyant de la cécité, les mains et le toucher de l’obscurité. Les constellations inscrivent dans le gouffre de la nuit l’achevé et l’inachevé.
Le sagittaire décoche sa flèche, elle est mortelle.
Tout parle à tout. Dans la lumière spatiale, dans la lumière de ténèbres. La communication se manifeste.

Extrait de Contexte / Matériaux




Cahiers du Refuge :
134