ACCUEIL

   
CIPM
AUTEURS
PUBLICATIONS
SONOTHÈQUE
RÉSEAU
BIBLIOTHÈQUE
ARCHIVES
COMMANDE
LETTRE D'INFO
CAHIER CRITIQUE DE POÈSIE

AUTEURS

Mathilde Segonds


Mathilde Segonds



Formée à l’École d’Art de Saint-Étienne puis étudiante à l’École Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre dans le département d’écriture, Mathilde Segonds travaille principalement avec des mots. Qu’ils soient écrits, dits, imprimés, enregistrés, chantés, transformés en autre chose. Elle performe, édite, et a co-créé le collectif Èin, auteur de performances radiophoniques.

http://www.radio-ein.xyz
https://besidestheland.blogspot.fr/



Langue de nos mères


L’art de la parole et le jambon de ta mère suspendu dans la cuisine
Cela fait combien de temps que le vin n’est plus à la table
Ça coulait rouge
Sur la table en bois massif
Entre les pions et la musique au fond
Il y avait le chien sans dents
Et il n’y avait pas tant de façons de le nommer
L’oublier au-dessous
Le torchon contre le four
Et le miel sur le pain salé
On ne se demande plus où l’on a appris à parler comme ça
S’il faudrait être reconnaissant de la faculté
S’il fallait se soulever
Devant qui
La mère devant la tarte
Et nous fiers
Elle sent et dit que le verbe s’est échappé
Il est venu s’appliquer regarde sur la meringue
Ça colle
Ça adhère
Et l’origine n’existe plus vraiment
Elle s’est dissoute
L’éloquence a été ramassée sur le bord des chemins
Regarde le zeste comme il est devenu translucide
Comme il s’est pris dans le tout
C’est surtout avec les blancs des œufs en neige
Que l’on a frappés si fort
À la table le père dit quelque chose
Tu ne te retournes pas
Explique un peu mieux
On va jouer à ce jeu
Le chien gueule dessous et redevient silencieux
Notre tarte fumante
Et il faut se taire pour accueillir la règle
Tu fais cliqueter le couvert
Nous ne savons plus d’où provient cette parole
Pourquoi ressemble-t-elle à ce à quoi elle ressemble
Pourtant l’évidence est que ce qui sort de ta bouche
Modelé par ta langue
N’est pas ce qui sort de celle de ta mère
Quand ta mère dit le verbe s’est échappé
Il est toujours en fuite
Tu dis que le verbe se trouve dans les ordures
Dans les particules
Se ramasse
Et se transmet de mains en mains
Peu importe la langue qui fait la pâte
Peu importe qu’elle soit la première à s’accrocher aux tympans
Et le chien gueule par-dessus et tous les chiens gueulent par-dessus
Le verbe se transforme
La tarte diminue sur la table
Il y a des miettes
Le père continue de parler à propos du jeu
Mais nous ne le comprenons pas
La parole en fuite
Oublie
Les miettes au chien
La partie se termine

On se trouve illettrés raclant nos gorges à la recherche de résidus de commun
La langue de naissance est sèche
Le dénominateur n’est plus qu’un spectre




interventions au cipM :

Inédits 2018 (Les Inédits)