ACCUEIL

   
CIPM
AUTEURS
PUBLICATIONS
SONOTHÈQUE
RÉSEAU
BIBLIOTHÈQUE
ARCHIVES
COMMANDE
LETTRE D'INFO
CAHIER CRITIQUE DE POÈSIE

AUTEURS

Johan Labat


Johan Labat



Né en 1978. Varois (83). France. Le son.


Convaincu d’être destiné au métier de musicien, je / Yo han ! joue de la flûte à bec lorsqu’un anniversaire met une trompette entre mes doigts (âge 15-18).
Le rêve a une fin : je n’entraîne pas suffisamment mes doigts à être performants sur cet instrument ; j’étais doué, mais je n’ai pas entretenu le don.



Découragé mais convaincu d’être destiné au métier de comédien, je pratique le théâtre (âge 16-22).
Le rêve a une fin : bientôt, je ne vibre plus sur scène : le plaisir d’être un autre m’abandonne. Ce faisant, tout en n’atteignant pas ces objectifs, j’ai tout de même vécu. Aujourd’hui, je « pratique » l’écriture de poème après avoir tenter le roman (sans succès) ; la nouvelle (avec un peu plus). De lecture en composition de projet artistique, me voilà là : au c ipM.
Eh bien... où demain me portera ?
À ce jour, j’établis mes poèmes selon 6 axes d’approche. Je veux cependant, à l’occasion de cette présentation, évoquer l’axe suivant :
À partir d’histoires racontées en langues étrangères (histoires prélevées en quasi-totalité dans des textes de chanson en langues étrangères), je construis des associations de sons ; associations que je transforme en phrases composées de mots Français ; phrases avec lesquelles je « compose » (à la manière d’un compositeur musical) mes poèmes, selon, semble-t-il, un « savant mélange ».
Concernant la partie que je souhaite présenter dans la revue ‘ ‘ ‘Le Cahier du Refuge’ ’ ’, j’ai choisi un poème court extrait d’un recueil en cours d’écriture. Ce poème s’intitule « Pas de Danse C ».
Je l’ai construit selon l’un de mes six axes d’approche : j’ai prélevé des impressions
issues de mon rapport à des objets, privilégiant le contact (odorat, ouïe,
toucher). Ces impressions m’ont évoqué des mots ; ces mots comportaient des
sons ; sons que j’ai retravaillés (par syllabe) afin de parvenir à composer mes
poèmes. Puis, selon un procédé de pensée, j’ai attribué une lettre Alphabet à
chacun de ces poèmes, en fonction du thème dégagé par l’évocation des mots.


écouter :

L’absence c’est la présence




Cahiers du Refuge :
128

interventions au cipM :

Inédits 2004 (Les Inédits)