ACCUEIL

   
CIPM
AUTEURS
PUBLICATIONS
SONOTHÈQUE
RÉSEAU
BIBLIOTHÈQUE
ARCHIVES
COMMANDE
LETTRE D'INFO
CAHIER CRITIQUE DE POÈSIE

CONFéRENCES

Pierre Reverdy


« Vider la question »


du jeudi 17 juin au vendredi 18 juin 2004, de 19h00 à 19h00

jeudi 17 juin, Présentation :
Jean Daive

Table ronde avec :
Bénédicte Vilgrain, Bernard Rival, Jean Maison, Isabelle Garron, Francis Cohen

vendredi 18 juin, Présentation :
Jean Daive

Lecture de textes de Pierre Reverdy par :
Isabelle Garron, Jean Maison, Bernard Rival, Claude Royet-Journoud, Francis Cohen

autour de
Pierre Reverdy

Pierre Reverdy par Pablo Picasso



Mais la poésie n’existe pas ailleurs

Le troisième millénaire s’avance à la rencontre de Pierre Reverdy. En quoi et pourquoi ?
Chez Pierre Reverdy, il n’y a de sujet que l’éveil et ce que son œuvre figure n’est pas autre chose que l’inscription d’une première fois qui résonne de son jaillissement. Une naissance ne vient jamais seule. Elle est accompagnée d’un sens plus superposé que voilé dont la connaissance s’identifie à la fonction du regard – parce que chaque page nous regarde et nous absorbe dans le spectacle du monde – parce que chaque page est une écriture qui nous voit et une image qui nous parle.

La recherche de la vérité, incessante, actualise l’expérience de l’inconnu dont Pierre Reverdy est le voyant universel.

En quoi et pourquoi ? En quoi et pourquoi aussi tard ?
Le vingtième siècle n’était pas prêt à la lecture d’une œuvre qui ne veut jamais échapper au monde de l’inconscient et à sa logique.
Une logique toujours serrée au plus près d’un noyau qu’il faut appeler le réel et dont n’importe quelle page montre l’apparition.
C’est l’instant et son horizon.
C’est le relief du cœur et sa partition.

Jean Daive
in Cahier du Refuge Reverdy




lire aussi :
Pierre Reverdy