ACCUEIL
  
CIPM
Présentation
Coordonnées
Soutenir le cipM
AUTEURS
PUBLICATIONS
[à télécharger]
Hors collection
CCP - cahier critique de poésie
CCP en ligne
Cahiers du Refuge
Le Refuge
Le Refuge en Méditerranée
Import / Export
Un bureau sur l'Atlantique
Actes de colloques
cent titres
[autres...]
Le Clou dans le Fer
SONOTHÈQUE
RÉSEAU
Adresses
Liens
BIBLIOTHÈQUE
ARCHIVES
Expositions
Manifestations
Les Inédits
Résidences
Ateliers
Traduction
Conférences

EXPOSITIONS

Underwood 2


« L'Internationale Concrète » et les artistes de la machine à écrire
Imprimer cette page


du samedi 12 janvier au samedi 16 février 2019

Heinz Gappmayr (1965)



Les diagonales du catalogue

Underwood
2. « L'Internationale Concrète » et les artistes de la machine à écrire


L’incidence de la machine à écrire sur la création poétique du milieu du XXe siècle



D’une durée d’environ un mois, réalisées exclusivement avec des documents conservés à la bibliothèque du cipM, les expositions de la série Les diagonales du catalogue ont pour objectif de documenter un aspect de l’histoire de la poésie contemporaine ou de promouvoir le regard d’un auteur sur les collections du cipM.

L’histoire de l’écriture poétique est intimement liée à celle des techniques. De la tablette d’argile au papyrus, de la plume d’oie au stylo à bille, de l’invention de l’imprimerie à celle de l’ordinateur portable, les technologies de l’écrit ont modifié et enrichi les processus d’invention poétique et les réflexions sur le langage.
Si aujourd’hui la production poétique est inséparable des outils numériques, il fut un temps où elle avançait au rythme des mots dactylographiés sur le clavier d’une machine à écrire.

Second volet après « Le Vers projectif », l'exposition Underwood 2 s'intitule « L'Internationale Concrète » et les artistes de la machine à écrire. Au centre de l'expositionun choix d'œuvres publiées, liées à la poésie concrète et ses représentants mondiaux ; dans sa périphérie, l'exposition recense quelques tentatives originales d'utilisation de la machine à écrire, parmi lesquelles les œuvres de Roger Giroux, Arno Schmidt et, plus proche de nous, Jean-Michel Alberola, Cia Rinne ou Max Guedj qui, chacun à leur façon, réexploitent les potentialités de la machine à écrire aujourd'hui. L'exposition se conclut d'une part sur la présentation de la carte de Vaduz de Bernard Heidsieck dans l'édition de Nathalie Seroussi 2017, et d'autre part sur la présentation d'une machine à écrire préparée par Jean-François Bory.




Jean-François Bory



Heinz Gappmayr (1965)



Ernst Jandl (1964)



Edwin Morgan (1964)



Jiří Kolář (1962)



Jean-François Bory

 

MA COMMANDE
LETTRE D'INFO
CCP 35
ACTUALITÉ
manifestations :
Vernissage / Alain Veinstein — Papiers noirs
ateliers :
Masterclasse RED / Je tu il elle
Ateliers dans 4 bibliothèques de Marseille
Atelier à la Médiathèque Albert Camus / Printemps des poètes
vient de paraître :
270
270

en écoute :
Ly Hoang-Ly
Jean-Pierre Bertrand
Estella Comellas
Daniel Charles
Jena Osman
Hélène Gerster
Christophe Tarkos
Shuntaro Tanikawa

Mentions légales Crédits Coordonnées