ACCUEIL

   
CIPM
AUTEURS
PUBLICATIONS
SONOTHÈQUE
RÉSEAU
BIBLIOTHÈQUE
ARCHIVES
COMMANDE
LETTRE D'INFO
CAHIER CRITIQUE DE POÈSIE

MANIFESTATIONS

Martin Rueff


La Jonction


le samedi 15 février 2020, à 11h00

avec
Martin Rueff

© DR



Martin Rueff
La Jonction

Lecture / Rencontre

Le samedi 15 février à 11h, cipm


Rencontre avec Martin Rueff. Poète, essayiste, critique littéraire et traducteur ; dont le dernier livre de poésie, La Jonction, a été publié chez Nous en 2019.

La Jonction est un livre de poèmes, qui conjoint en un dispositif équanime trois séries de poèmes conjoints en suite. Un livre ce n’est pas un recueil si par là on entend un album de vers anciens ou pas, recueillis autour du temps. C’est une architecture, mobile souvent et qui peut, c’est selon, inviter au recueillement.

Chaque série répond à son tour à des impératifs de construction.

La première suite s’intitule « L’amer fait peau neuve » - elle évoque comment le manteau bleu de Marie, traité en caban marin, est devenu drapeau bleu de constellations défuntes, et s’abîme en une mer, qui envahit sous forme d’hématome la peau sous les coups. En médecine on raconte l’hématopoïèse, la formation des bleus. « L’amer fait peau neuve » est l’histoire de ces bleus.

La deuxième suite s’intitule « La Jonction » et donne son titre au livre. C’est une suite dédoublée. Il faut m’en expliquer davantage. La Jonction nomme un lieu de Genève où je me trouve habiter par intermittence. Ce lieu voit se réunir en confluence l’Arve et le Rhône. Ces deux fleuves coulent sur les deux côtés du livre en face à face.

(…) Les deux fleuves convergent dans un grand paquet de prose qui évoque en précision la promenade que l’on peut faire pour découvrir ce lieu. Ce paquet s’intitule « éperonne et navre », paronomase sur « Rhône » et « Arve » où il faut entendre « éperonne » comme le mot composé du nom du Rhône et du préfixe « épi » pour dire le chevauchement du fleuve et son accélération de cavalcade.

La troisième suite s’intitule « L’enrouement d’Actéon (Noms de chien) ». Elle narre la mort d’Actéon. Je me suis saisi de l’extraordinaire puissance du mythe pour l’infléchir dans une triple direction d’innovation relative.

(…) Le dispositif général du livre peut être évoqué comme une arrête formée par le corps double de la jonction d’où se distribuent deux toboggans désarmés : l’un à l’avant, l’autre à l’arrière.

— Martin Rueff.

À lire :

Texte intégral à propos de La Jonction et présentation de la rencontre par l'auteur





Tarif : 3€ | soutien : 5 €

Aidez-nous à mieux vous accueillir
dites-nous combien vous serez :
reservation@cipmarseille.fr