ACCUEIL

   
CIPM
AUTEURS
PUBLICATIONS
SONOTHÈQUE
RÉSEAU
BIBLIOTHÈQUE
ARCHIVES
COMMANDE
LETTRE D'INFO
CAHIER CRITIQUE DE POÈSIE

MANIFESTATIONS

Emmanuel Laugier


Chant Tacite


le vendredi 26 juin 2020, à 17h00

Avec
Emmanuel Laugier



Emmanuel Laugier
Chant tacite


Vendredi 26 juin, à 17h précises, cour de la Vieille Charité

Lecture et rencontre de Emmanuel Laugier autour de Chant tacite, récemment paru aux éditions Nous


Chant tacite est un journal en poèmes décidé un été, en aout 2012 : ouvrir un carnet et me contraindre à écrire chaque jour un poème a été la dynamique d’écriture de Chant tacite.
en me tenant à la durée exclusive de cette unité temporelle
et à la durée d’une année civile.

- Journal veut dire
immersion quotidienne
une endurance qui, elle-même, induit une attention vis à vis des choses environnantes, 
une attention qui inscrit le travail quotidien dans une autre tension.

Ce qui s’inscrit alors dans le journal
n’est ni le produit exclusif d’une volonté ni la projection d’une préméditation
mais la persistance d’une nécessité, qu’il s’agisse d’une perception qui fait retour, d’un motif qui insiste, d’une obsession qui retient, d’une trace qui fait rêver.
mais aussi l’appel constant de la volonté à revenir vers elle-même pour poursuivre le projet.

Cette régularité du journal exacerbe une disponibilité
qui a son tour a motivé un choix formel, celui du poème-journal.

Le cadre temporel imposé par le journal rend perceptible deux mouvements en apparence contradictoires :
le flux ininterrompu du visible ainsi que les inévitables interruptions de la conscience qui font heurts, troués, reflux.

Journal veut aussi dire traversée de séquences, arrêts sur poème, voire ligne-poème (monostique)

Le journal nomme des lectures, des fruits pourrissants, la mort du père, y mène des réflexions sur l’Histoire (la Shoah, par exemple, ou la Guerre d’Algérie), y évoque l’exil de Walter Benjamin, sa vie à Ibiza, les figues qu’il y mange, la Russie et l’Arménie, etc., parmi toutes choses ordinaires, quotidiennes, banales.  Ses notations, ordinaires ou pas, sont toujours portées par la recherche d’une syntaxe particulière, qui est la finalité du poème comme expérience. Parfois le poème du jour peut noter l’étrangeté d’une pensée, d’un rêve, la mémoire d’un auteur, se référer à des photographies, et à partir de certaines nommer le tourment de la destruction de la physis, être accaparé par un film, Shoah (Claude Lanzman), et par tout ce qui travaille la question de la transmission et du témoignage face à la destruction des juifs d’Europe, noter une date (17 oct 1961) et la répression meurtrière de la manifestation pacifiste d’algériens à Paris, etc.

Chant tacite : traduire journal, est un dispositif tenu faisant de ses rendez-vous une attention à toutes choses.





À propos de Chant Tacite

Entretien avec Anne Segal, Télérama, 29 mars 2020

Note de lecture par Guillaume Lecaplain, Libération, 28 mai 2020

Note de lecture par Isabelle Levesque, Nouvelle Quinzaine Littéraire, 1 avril 2020

Note de lecture par Pierre Parlant, Diacritik, 2 avril 2020

Note de lecture par Jean Renaud, Poezibao, 2 avril 2020

Dialectique négative du poème, par Jean-Claude Pinson, Sitaudis, 25 avril 2020

Un chant « d’un seul et même mouvement » : le poème-éphéméride d’Emmanuel Laugier, par Yann Miralles, Remue.net, avril 2020