ACCUEIL
  
CIPM
AUTEURS
PUBLICATIONS
SONOTHÈQUE
RÉSEAU
BIBLIOTHÈQUE
ARCHIVES
COMMANDE
LETTRE D'INFO
CAHIER CRITIQUE DE POÈSIE

RéSIDENCES

Philippe Denis

Imprimer cette page


en 2005

le cipM accueille en résidence le poète, essayiste, et traducteur :
Philippe Denis



RECUEIL DE LA VAINE ADRESSE
(Extraits)


Le malheur c’est, en tout état de cause, savoir répondre à une question telle que celle-ci : « De quelle couleur est le soleil lorsqu’il fait nuit ? » Ailleurs, à la périphérie, c’est l’idiotie qui a son mot à dire…



Légère brise
sur le dos d’une chenille –
s’émerveiller de l’à rebrousse-poil.



On travaille. Oui – on travaille !
On lèche l’impérative méprise…
On fait du mortier.



La mort est un luxe que je ne peux plus m’offrir…
Frasques autour d’un foyer de brumes
et – l’amitié d’un rien tenu sous le coude.



On se tait moins qu’on le croit.



Me voyez-vous aimer autre chose que l’anonymat des mouches qui – dans un
rayon de lumière – signent ce ballet ?



J’en suis réduit à ce que j’aurais pu dire – écrire – il y a cent ans, mille ans.



Si – somme toute – ce n’était qu’une histoire de fines lingeries qui – le chlore

aidant – disputeraient une tâche de serpillière.



« Bénissons nos serpents !
« Bénissions nos eunuques !

Bénissons les langues dans lesquelles nous aurions été heureux de rêver !




voir aussi :
Rencontre / Lecture avec Philippe Denis (Manifestations)


lire aussi :
Trois cuillérées de poivre
136


écouter :
J'ai flatté un chien...