ACCUEIL

   
CIPM
AUTEURS
PUBLICATIONS
SONOTHÈQUE
RÉSEAU
BIBLIOTHÈQUE
ARCHIVES
COMMANDE
LETTRE D'INFO
CAHIER CRITIQUE DE POÈSIE

EXPOSITIONS

Guillermo Deisler


Poetry Factory


du vendredi 4 juillet au samedi 30 aout 1997

Exposition consacrée à
Guillermo Deisler



Alle/luja statt Halle/Saale

Poésie visuelle
Pour moi, il s’agit de la langue, en fait de ce qu’on pourrait nommer “Langue alternative” ou “Littérature visuelle”. Tout cela est “poésie visuelle”.

Il s’agit d’une forme de réponse à notre époque, à notre quotidien ; En cela, nous n’avons rien découvert de nouveau, rien du tout. Mais simplement, par cela, nous sortons de la réalité.
Il s’agit d’une sorte de résistance face à toutes les formes internationales de vie s’appuyant sur la sphère de la langue et de ses variantes infinies ;
Il s’agit d’articulations alternatives qu’il est nécessaire de déchiffrer, ou encore il s’agit d’une attitude critique à prendre face aux “manipulations” insipides de la consommation à l’échelle mondiale. L’appauvrissement est déjà réalité.
Mais je tente malgré tout de m’exprimer, et ce avec les moyens qui me sont propres. Les philosophes, les sociologues, les chercheurs pourraient peut-être mieux l’expliquer. Je fais ce que je peux.

La poésie visuelle est un “genre” en soi. Ce n’est pas quelque chose entre “texte” et “image” ou mieux dit, entre Littérature et Arts Plastiques. Nommons cela : Artliteratur ou pour être plus clair en allemand Kunst-Literatur, c’est-à-dire la rencontre de toutes les formes de langages que nous utilisons pour exprimer quelque chose, – pas seulement à travers la langue.
La langue comme langage, ou langue comme langue maternelle ou simplement Langue.
Difficile à expliquer. La langue anglaise s’y prête mieux grâce au mot language ou mieux encore le français grâce aux mots langage et langue mode d’expression.
Ainsi Language : tous les systèmes de signes employés ensemble pour communiquer, y compris la langue.
Les médias pratiquent déjà cela au niveau mondial : les hommes sont dirigés, manipulés, une civilisation mondiale de consommation s’est ainsi établie. C’est les bananes qui parlent.

extrait d’une lettre de G. Deisler à Andrea Siegert









voir aussi :
Guillerno Deisler - Poetry Factory (Manifestations)


lire aussi :
58
57