ACCUEIL

   
CIPM
AUTEURS
PUBLICATIONS
SONOTHÈQUE
RÉSEAU
BIBLIOTHÈQUE
ARCHIVES
COMMANDE
LETTRE D'INFO
CAHIER CRITIQUE DE POÈSIE

EXPOSITIONS

Dix-sept artistes à 17 ans


du vendredi 8 juillet au samedi 3 septembre 2005

artistes présentés :
Arman, Jean-Pierre Bertrand, Pierrette Bloch, François Bouillon, Daniel Buren, César, Dado, Paul-Armand Gette, Jean Le Gac, Olivier Hucleux, Jean-Luc Parant, Titi Parant, François Morellet, Madeleine Novarina, Gina Pane, André Raffray, Sarkis, Bernard Venet, Carmelo Zagari

commisaires d'exposition :
Jean-Luc Parant, Kristell Loquet



À 17 ans, nous avons tous été un peu Rimbaud
Je trouvais qu’il ne suffisait pas qu’une peinture s’intitule « Le bateau ivre » ou qu’une sculpture représente Arthur Rimbaud pour que ces oeuvres rendent hommage au fulgurant poète de 17 ans.
Je trouvais qu’il fallait plutôt chercher dans leurs oeuvres de 17 ans l’intensité présente dans les oeuvres de maturité d’artistes de notre temps.
À 17 ans, nous avons tous été un peu Rimbaud mais, en général, ce Rimbaud en nous meurt à 18 ans, il meurt avant même que nous ayons pu écrire ou peindre, avant même que nous ayons pu créer.
Les artistes ont gardé en vie ce Rimbaud en eux. Ils l’ont fait vivre si longtemps qu’il a fini par éclairer leur oeuvre d’une lumière si particulière qu’elle l’a illuminée d’un jour inconnu de nos yeux. Comme si le feu avait commencé à brûler dans leurs oeuvres à 17 ans, à brûler dans l’obscurité de leur jeunesse jusqu’à trouver dans cette nuit sa lumière, la lumière du feu qui brûlait dans leurs oeuvres.
Certains artistes sont restés plus longtemps que d’autres dans la nuit et, dans la nuit, ils se sont approchés du monde, le monde les a touchés, ils se sont mêlés à lui jusqu’à trouver le jour, leur jour, et voir plus loin que les autres hommes. Ils sont allés avec leurs yeux là où non seulement leur corps ne pouvait pas aller mais aussi là où les yeux n’ont jamais été. Ils ont créé pour aller là où nos yeux n’ont jamais été comme nous allons là avec eux, avec nos yeux, où notre corps ne peut pas aller. Ils sont allés là avec leurs yeux où les yeux ne vont pas comme nous allons là avec eux, avec nos yeux, où notre corps ne va pas.
Si les animaux vont avec leurs yeux seulement où leur corps peut aller, c’est parce qu’ils ne pensent pas et que, ne pensant pas, ils ne se projettent pas. Certains artistes se sont projetés à 17 ans comme des yeux jusqu’à atteindre les horizons qui illimitent toutes les parties de leur oeuvre.

Jean-Luc Parant


« Ça ne veut pas rien dire »
Arthur Rimbaud, Charleville le 13 mai 1871

À dix-sept ans, Arthur Rimbaud s'exprime ainsi dans la lettre qu'il adresse à son professeur Georges Izambard ; il y explique sa théorie du « voyant » et son exigence du dépassement. Dans la même lettre, le jeune poète écrit de sa main « le coeur supplicié » ; il y ajoute alors la mention « ça ne veut pas rien dire ». Dans cette expression souvent prononcée, souvent contestée mais néanmoins grammaticalement juste, Arthur Rimbaud dit avec force sa foi dans la modernité.
À dix-sept ans, les jeunes poètes, les jeunes artistes veulent affirmer leur talent ; en effet, les oeuvres de jeunesse sont celles qui montrent l'intensité du premier engagement.
L'idée lancée par Jean-Luc Parant trouve ici l'écho qu'elle mérite. Dix-sept artistes [et deux autres encore depuis la première présentation au musée A rthur Rimbaud] ont accepté cette confrontation entre l'oeuvre de l’adolescence et le travail de la maturité ; qu'ils soient ici remerciés d'avoir bien voulu faire cette démarche difficile qui met souvent en avant des approches très différentes.
Il fallait recevoir l'assentiment de chacun ; Kristell Loquet aura su apporter en la matière toute la force de conviction que la jeunesse lui confère.
Le concept de cette exposition est annonciateur d'ambitions nouvelles portées par la marche du poète qui a su « se faire voyant ».

Alain Tourneux, Conservateur du Musée Arthur Rimbaud


L’exposition Dix-sept artistes à 17 ans a été présentée pour la première fois par Alain Fourneux au Musée Arthur Rimbaud, dont il est le conservateur, du 13 juillet 2004 au 31 janvier 2005 à Charleville-Mézières dans le cadre du cent-cinquantenaire de la naissance de Rimbaud.




voir aussi :
Dix-sept artistes à 17 ans (Manifestations)


lire aussi :
138