ACCUEIL

   
CIPM
AUTEURS
PUBLICATIONS
SONOTHÈQUE
RÉSEAU
BIBLIOTHÈQUE
ARCHIVES
COMMANDE
LETTRE D'INFO
CAHIER CRITIQUE DE POÈSIE

MANIFESTATIONS

rencontre avec le résident du cipM

Cécile Mainardi


le vendredi 11 mai 2007, à 19h00

Rencontre/lecture avec :
Cécile Mainardi



Cécile Mainardi, en résidence au cipM, au printemps 2007



extrait :

pour avoir une idée de ce que sont les textes flous, il ne s’agit pas de se représenter une photo de ces textes sur lesquels on aurait mal fait la mise au point et qui serait une photo floue – car pour tout dire, je ne crois pas qu’une telle photo soit possible, pas plus que le phénomène photographiable – une photo ça fige, ça bloque, par définition ça empêche tout défilement, or c’est précisément là, pendant qu’on les lit et qu’ils défilent devant vos yeux qu’ils deviennent flous, il est d’ailleurs même à craindre qu’une fois photographiés, ils ne redeviennent nets et qu’il ne faille à nouveau les relire-photographiés pour que le phénomène se reproduise, et ainsi de suite... en vérité, flous ils ne le sont jamais en soi sans lecteur, car et à peine cesset- on de les lire pour seulement les regarder que le phénomène s’arrête, et dans ce cas-là on ne sait plus du tout de quoi ils parlent. ça n’est pas qu’écrits trop petits ou trop loin, votre vue s’y abyme en en brouillant les contours, ni qu’une buée optique les enveloppe soudain qui en nimbe le tracé, ni encore que votre regard les traverse machinalement, ayant réglé son plan focal en de ça ou au-delà de la page, non pas du tout, flous ils le deviennent d’eux-mêmes sans raison, et si l’on parvient à les déchiffrer jusqu’au bout, avant qu’ils ne soient plus du tout lisibles, et se retrouvent réduits en fumée graphique, volatilisés dans le fond de pages virées au grisâtre – ce qui semble quasi impossible étant donné que plus on accélère la vitesse de la lecture, plus ils perdent rapidement de leur netteté, et que plus on va lentement, moins on a de chance de les finir – on s’en rend compte aussi au sentiment de vide qu’ils laissent à la fin, et à la sensation de n’avoir clairement parler de rien
.../...
Cécile Mainardi
[extraits de : L'eau super-liquide]




voir aussi :
Cécile Mainardi (Résidences)


lire aussi :
Poemz
157


écouter :
L'eau super-liquide