ACCUEIL

   
CIPM
AUTEURS
PUBLICATIONS
SONOTHÈQUE
RÉSEAU
BIBLIOTHÈQUE
ARCHIVES
COMMANDE
LETTRE D'INFO
CAHIER CRITIQUE DE POÈSIE

EXPOSITIONS

Michèle Métail


X - libris     Gigantextes n°6


du vendredi 29 mai au samedi 27 juin 2009

une exposition de :
Michèle Métail



Parallèlement aux « Publications orales » qui projettent le mot dans l’espace et par lesquelles je diffuse la plupart de mes textes depuis 1973, plusieurs oeuvres explorent l’aspect visuel du texte écrit, jusqu’au détournement de certains codes de communication : texte dessiné à l’aide de l’alphabet des sourds-muets, texte transmis à bras d’après le code alphabétique utilisé dans la marine...

Depuis 1979 et la création de « Folio », premier de la série des « Gigantextes », le recours à des techniques telles que le découpage, le pochoir, la peinture acrylique sur toile, l’espace habituellement dévolu au texte s’est agrandi et déplacé, se situant au point d’articulation entre visible et lisible. L’emploi de la couleur a permis d’instaurer différents niveaux de lecture dans une approche qui demeure toutefois celle d’une construction de sens.

Le « Gigantexte No 6 » procède d’une autre démarche puisqu’il est le fruit de deux collections commencées par hasard.
Un jour de 1994, j’étais plongée dans la lecture du « Dictionnaire universel » d’Antoine Furetière, lorsqu’à l’article sage (mais pourquoi diable lisais-je cet article !) je trouvai dans les composés le mot sage-femme, suivi d’une remarque qui n’a rien perdu de sa pertinence : « Il y a bien de la différence entre une sage-femme & une femme sage ! »
[...]


© Michèle Métail - Mao Zedong, Guy Debord



L’exposition présentée au cipM propose une configuration nouvelle : un choix de cent photos mises en regard de cent citations en chiasmes. Placée en exergue ou insérée dans un texte, la citation conforte une idée, elle cautionne une affirmation en invoquant la figure d’un auteur connu, dont le nom à lui seul met en branle la mécanique des connotations, renvoie à l’ensemble plus vaste d’une oeuvre. Utilisée à la place des habituels légendes ou cartels, elle crée ici une ambiguïté dans le rapport texte / image. On s’attendrait à lire au bas de la photo une indication de lieu, éventuellement de date, une phrase qui aiderait l’observateur à resituer l’image dans un environnement clairement identifié.
À la place figure donc une citation, sans nom d’auteur, calligraphiée au pinceau et à l’encre de Chine, encadrée comme le sont les photos. Le chiasme cité ne renseigne pas sur l’image et la coïncidence de sens qui semble s’établir est évidemment illusoire. Ce que je vois n’est pas ce que je lis, et inversement !
[...]

Michèle Métail, extrait de Cent Photos & un centon, in le ' ' ' Cahier du Refuge ' ' ' 180, mai 2009





à consulter
Michèle Métail à la Bibliothèque du cipM




voir aussi :
Michèle Métail - X - libris     Gigantextes n°6 (Manifestations)


lire aussi :
180 (Michèle Métail)


écouter :
Ambitus : Le Bivouac de Michèle Métail (Bande-annonce)

sur internet :
Bivouac [Michèle Métail] sur Grenouille 88.8