ACCUEIL
  
CIPM
Soutenir le cipM
Présentation
Coordonnées
Adhérer
AUTEURS
PUBLICATIONS
[à télécharger]
Hors collection
CCP - cahier critique de poésie
CCP en ligne
Cahiers du Refuge
Le Refuge
Le Refuge en Méditerranée
Import / Export
Un bureau sur l'Atlantique
Actes de colloques
cent titres
[autres...]
Le Clou dans le Fer
SONOTHÈQUE
RÉSEAU
Adresses
Liens
BIBLIOTHÈQUE
ARCHIVES
Expositions
Manifestations
Les Inédits
Résidences
Ateliers
Traduction
Conférences

AUTEURS

Birgitta Trötzig

Imprimer cette page




• Le destitué, traduit du suédois par Jeanne Gauffin, préface de C.-G. Bjurström, Gallimard, 1963.
• La ville et la mer, traduit du suédois par Jeanne Gauffin, Gallimard, 1965.
• La Reine, précédé de Barbara et de Les vivants et les morts, traduit du suédois par Monique d’Argentré et Jeanne Gauffin, Gallimard, 1968.
• L’accusation, traduit du suédois par Monique d’Argentré, préface de Pierre Emmanuel, Gallimard, 1971.
• La maladie, traduit du suédois par Jeanne Gauffin, Gallimard, 1977.
• La fille du Roi Crapaud, traduit du suédois par Monique d’Argentré-Rask, Gallimard, 1988.
• Doubles vies, traduit du suédois par C. G. Bjurström, Gallimard, 2001.
• Contexte / Matériaux, traduit du suédois par Régis Boyer, José Corti, 2003.


extrait :
(Seuil, limite, différence, dehors, dedans)
Quel est donc le lien entre l’art et la nature ? où se présente l’espace imaginaire qui n’est ni l’un ni l’autre ?
Ce que l’on appelle le moi, on peut s’en tirer sans lui.
La limite, le secret du seuil. Qu’y a-t-il dehors, qu’y a-t-il dedans, qu’y a-t-il au dehors de moi, qu’y a-t-il au dedans de moi ?
Sur le seuil. Pas en deçà, pas au-delà.
Seulement dans le mouvement pour franchir le seuil. Que la membrane illusoire se brise, le « moi » voyant falsifié. Alors, le monde se fait nu. Des lumières parlent, des pierres respirent. L’oeil devient une noire planète, c’est le monde qui est voyant à présent. Les arbres sortent de terre leurs racines, les élèvent du terreau d’arbres morts. L’argile et la voie humaine sont le voyant de la cécité, les mains et le toucher de l’obscurité. Les constellations inscrivent dans le gouffre de la nuit l’achevé et l’inachevé.
Le sagittaire décoche sa flèche, elle est mortelle.
Tout parle à tout. Dans la lumière spatiale, dans la lumière de ténèbres. La communication se manifeste.

Extrait de Contexte / Matériaux




Cahiers du Refuge :
134

 

MA COMMANDE
LETTRE D'INFO
CCP 35
ACTUALITÉ
manifestations :
Samir Kacini et Lotfi Nia / Écrire, traduire
Vernissage / Alain Veinstein — Papiers noirs
ateliers :
Cultures du Cœur 13
Ateliers dans 4 bibliothèques de Marseille
vient de paraître :
270
270

en écoute :
Ly Hoang-Ly
Jean-Pierre Bertrand
Estella Comellas
Daniel Charles
Jena Osman
Hélène Gerster
Christophe Tarkos
Shuntaro Tanikawa

Mentions légales Crédits Coordonnées