ACCUEIL

   
CIPM
AUTEURS
PUBLICATIONS
SONOTHÈQUE
RÉSEAU
BIBLIOTHÈQUE
ARCHIVES
COMMANDE
LETTRE D'INFO
CAHIER CRITIQUE DE POÈSIE

ATELIERS

Interventions d'auteurs en milieu scolaire

Poésie contemporaine et humanisme – Lycée Alain Borne (Montélimar)


en mars 2014

intervenant :
Nicolas Tardy



Classe de 1ère Littéraire et artistique du Lycée Général et Technologique Alain Borne de Montelimar

Cet atelier en classe de 1ère Littéraire et artistique du Lycée Général et Technologique Alain Borne de Montelimar, s'est excellemment bien déroulé avec la complicité de Mesdames Français, professeur documentaliste et Conjeaud, professeur de lettres.
Travaillant en demi groupes (ayant chacun 2 ateliers de 2 heures), nous avons vu — à la demande des enseignantes — quels sont les liens que nous pouvons établir entre la poésie contemporaine et l'humanisme.
La pratique de la citation — savante — à donc été explorée en partant de poèmes de Blaise Cendrars ou de Jean-Paul Chague ; les liens avec les autres arts à travers La Peinture à Dora de François le Lionnais et l'utilisation de projections de tableaux pour un travail de télescopage ; sans oublier, le rapport à la langue triviale, en décortiquant différents traitements que l'autrichien Ernst Jandl faisait subir au langage.
Les élèves ont beaucoup produit et avec un bel enthousiasme. D'une grande timidité, ils n'ont pas voulu signer leurs productions qui ont été exposées au sein de l'école. En voici 4 :

Nicolas Tardy



Joyaux

Outre
L'harmonie de son corps et la beauté de son visage
— Par quoi je renvoie tout
au jugement de ton oreille —
Notre langue est si pauvre
Et nue
Qu'elle a besoin
Des ornements des lettres
Ainsi qu'une pierre précieuse
Et rare
Elle fleurit
Et resplendit
De sa toute sagesse
Avec la modestie des autres sacrés joyaux
Devra y fleurir pareillement dans un éclat de velours vert

Avec des fragments de Du Bellay, Montaigne et Castiglione



se délecter de la lumière*
lumière divine ou éclat profane
elle fane comme la fleur des mes ans en l'hiver de ma vie**
« viser la lune ça ne me fait pas peur »
la peur est le chemin où tu vas
« tu vas aussi rendre ton âme à tous les diables »***
le diable au corps
le corps à corps
Gargantua a le ventre rond
cela ne tourne pas rond
je tourne en rond

* L'Utopie, Thomas More, 1516
** Les Regrets, Sonnet XXXVII, Joachim Du Bellay, 1558
*** Gargantua, XXV, François Rabelais, 1534



Les Baigneuses

Telles des déesses, nous étions là, disposées dans l'éblouissement.
Les arbres suivaient nos mouvements et caressaient nos silhouettes d'un teint angélique. Les chevelures rousses émergeaient à la vue du soleil. Nous étions là, allongées au coeur de la nature. Les nuages qui auparavant nous encerclaient, se dissipaient au fil du temps. L'obscur s'empara de notre luminosité. Nous baigneuses, étions transposées soudainement dans un autre univers. Il s’agissait d'un enterrement.
Un enterrement à Ornans.

Tiens, ton oeil
Ton oeil se trouble
Ouille ! T'es troublé ?
Oh, t'es pas si net :
Opacité, l'est
Hein, cristal,
Cristallin
C'est clair comme du verre pourtant
Tu verras
T'agiras
T'as qu'à voir !
Catar acte.




voir aussi :
Toutes les interventions en 2013 - 2014 (Ateliers)