ACCUEIL

   
CIPM
AUTEURS
PUBLICATIONS
SONOTHÈQUE
RÉSEAU
BIBLIOTHÈQUE
ARCHIVES
COMMANDE
LETTRE D'INFO
CAHIER CRITIQUE DE POÈSIE

ATELIERS

Interventions d'auteurs en milieu scolaire

Lycée professionnel Léonard de Vinci


De mars 2018 à avril 2018

Intervenant :
Nicolas Tardy



Atelier d'écriture au
Lycée professionnel Léonard de Vinci

Avec une classe de seconde EDPI et une classe de Terminale

Enseignants de Lettres :
Madame Rouvière et Monsieur Azzopardi


Atelier d’écriture avec une classe de Terminale du Lycée professionnel Léonard de Vinci à Marseille, 7h en mars et avril 2018.

La double thématique de la liberté et de l’engagement, était au cœur de cet atelier, faisant écho à un projet de visite du Mémorial de l'abolition de l'esclavage, à Nantes, par M. Azzopardi (professeur de français) et ses élèves de Terminale.

Les premiers vers du poème En fuite de Nazih Abou Afach (syrien, 1946) furent des déclencheurs d’écriture qui ont placé les élèves dans la peau d’un demandeur d’asile ayant fuit son pays et devant expliquer les raisons de sa venue.

La seconde séance fut l’occasion de présenter aux élèves différentes facettes du travail de Jean- François Bory (français, 1938) et plus particulièrement son très court récit Main Street. Comme dans celui-ci les élèves se sont imaginé dans une situation où leur liberté est remise en cause face à l’absurdité de conventions et cela en ayant recourt à du dialogue.

Lors de la séance suivante, l’historique et la technique du centon (collage de texte) furent abordés et quelques pages de Faire le mur de Emmanuèle Jawad (française, 1967) furent lues. Ensuite, ayant reçu plusieurs pages imprimées de journaux en ligne, chaque élève en découpa des fragments pour constituer des poèmes en vers — sans ajouts extérieurs.

Pour la dernière séance, chaque élève est parti d’une copie du centon réalisé à la séance précédente par un de ses camarades pour le transformer en un nouveau texte, à l’aide d’ajouts de sa main (procédé d’expansion) et passant du vers à la prose.

Parfois déroutés par certaines techniques présentées, les élèves ont su cependant se les approprier pour produire à chaque séance un nouveau texte, les faisant sortir de leurs habitudes d’écriture.

— Nicolas Tardy

*

Atelier d’écriture avec une classe de Seconde EDPI du Lycée professionnel Léonard de Vinci à Marseille, 8h en mars et avril 2018.

Les thématiques de la liberté et de l’engagement étaient au cœur de cet atelier.

La première séance fut l’occasion pour Mme Rouvière (professeur de français) et ses élèves de visiter le fond documentaire du cipM et d’y faire leur première séance. À cette occasion, les premiers vers du poème En fuite de Nazih Abou Afach (syrien, 1946) furent des déclencheurs d’écriture qui ont placé les élèves dans la peau d’un demandeur d’asile ayant fuit son pays et devant expliquer les raisons de sa venue.

Lors de la deuxième séance, l’historique et la technique du centon (collage de texte) furent abordés et quelques pages de Faire le mur de Emmanuèle Jawad (française, 1967) furent lues. Ensuite, ayant reçu plusieurs pages imprimées de journaux en ligne, chaque élève en découpa des fragments pour constituer des poèmes en vers — sans ajouts extérieurs.

Pour la séance suivante, chaque élève est parti de copies de centons réalisés à la séance précédente par l’un de ses camarades pour les transformer en nouveaux textes, passant du vers à la prose. Dans un premier temps la technique utilisée fut l’expansion (ajouts de mots), dans un second temps ce fut le caviardage (suppression de mots). Cette double approche fit comprendre aux élèves à quel point le texte est une matière malléable.

La dernière séance fut l’occasion de présenter aux élèves différentes facettes du travail de Jean- François Bory (français, 1938) et plus particulièrement son très court récit Main Street. Comme dans celui-ci les élèves se sont imaginé dans une situation où leur liberté est remise en cause face à l’absurdité de conventions et cela en ayant recourt à du dialogue.

Très volontaires, les élèves ont produit des textes tantôt engagés, tantôt humoristiques — l’un n’excluant pas forcément l’autre.

— Nicolas Tardy