ACCUEIL

   
CIPM
AUTEURS
PUBLICATIONS
SONOTHÈQUE
RÉSEAU
BIBLIOTHÈQUE
ARCHIVES
COMMANDE
LETTRE D'INFO
CAHIER CRITIQUE DE POÈSIE

EXPOSITIONS

Collector


Quand l’art devient livre


du jeudi 22 octobre au samedi 5 décembre 2020



COLLECTOR
[BMVR-FCAC-FRAC-CIPM-MAC]

Quand l’art devient livre

Commissaire : Michaël Batalla, directeur du Cipm
Centre international de poésie

Exposition du 22 octobre au 5 décembre
Du mardi au samedi de 13h à 18h à la Bibliothèque de l'Alcazar



I. LE DISPOSITIF

L’exposition COLLECTOR nous invite à déambuler parmi les livres ouverts. L’installation évoque une grande feuille blanche sur laquelle chacune des quinze vitrines, dont l’agencement rappelle l’alignement régulier des tables dans une salle de lecture, jouerait le rôle d’un chapitre. Chacune est un poème composé non pas de mots mais des pages, simples ou doubles et des couvertures choisies pour représenter le livre auquel elles appartiennent. Ainsi COLLECTOR fonctionne comme un montage de pages ou encore, comme un livre de tables.

II. LE CORPUS

On conçoit qu’un livre contienne un écrit (poème, essai ou roman) et qu’il donne accès à des œuvres d’art par l’intermédiaire de leur reproduction. Mais s’il est un excellent véhicule du texte et de l’image, il peut aussi, en tant qu’il est une forme, faire l’objet d’une approche créative et critique et devenir une œuvre d’art. Dès lors, l’intervention de l’auteur ne se limite plus à la production d’un « contenu » dont l’éditeur et l’imprimeur auraient pour fonction de réaliser le « contenant » mais elle porte aussi sur tout ou partie de celui-ci. Pour décrire ces pratiques, la branche de l’histoire de l’art qui s’occupe du livre dispose de catégories précises : livres d’artistes, livres illustrés, tirages de tête, éditions limitées, numérotées, signées, livres-objets. Leur point commun se situe du côté de leur relation à la création artistique. Du point de vue de la bibliothéconomie, la nature de ces publications leur confère une valeur nécessitant, en raison de leur rareté, parfois de leur fragilité, leur conservation en réserves, à distance du public et conditionnant leur consultation à l’expression d’une demande motivée.

Déambuler entre les tables de COLLECTOR c’est donc voir ce qui est rarement montré, c’est arpenter la face cachée des importantes collections de cinq fonds spécialisés à Marseille*, associés pour l’occasion.

III. L’EXPÉRIENCE

De l’évasion à l’étude, les expériences de la lecture auxquelles nous sommes habitués ne peuvent être restituées par les livres présentés sous vitrine. Le principe même de l’exposition entraîne une inévitable frustration en annulant la principale vertu du codex : tourner les pages à la découverte progressive d’un objet plus grand que le livre qui le contient. Ici, par analogie avec « l’arrêt sur image », nous nous trouvons face à une série d’arrêts sur page. Alors pour tenter de résoudre les contradictions de l’immobile et de l’intangible, le pari de COLLECTOR porte sur la multiplication, le foisonnement, la saturation même, dans le but de montrer la variété de ce que le livre peut inspirer à l’art et, en retour, de ce que l’art peut faire au livre.

* BIBLIOTHÈQUES DE MARSEILLE, Fonds rares et précieux de l’Alcazar
FCAC, Fonds communal d’art contemporain
FRAC, Fonds régional d’art contemporain Provence-Alpes-Côte d’Azur
MAC, Musée d’art contemporain, Fonds Ernst Goldschmidt
CIPM, Centre international de poésie


Sur le site du FRAC PACA

Sur le site de la Bibliothèque de l'Alcazar









Liste des œuvres présentées