ACCUEIL

   
CIPM
AUTEURS
PUBLICATIONS
SONOTHÈQUE
RÉSEAU
BIBLIOTHÈQUE
ARCHIVES
COMMANDE
LETTRE D'INFO
CAHIER CRITIQUE DE POÈSIE

MANIFESTATIONS

La voix-de-l'écrit

Je veux être gros / langue étrangère


le vendredi 12 décembre 1997, à 19h00

un atelier proposé aux étudiants en théâtre de l'Université de Provence sous la direction de :
Nanouk Broche

lecteurs :
Sonia Gauyet, Sebastien Fileccia, Fabienne Duclos, Julie Deletrez, Dominique Catani, Élisabeth Aubier, Sylviane Andreis, Alexandra Kjan, Nathalie Lespinasse, Alice Nivelle, Anne-Marie Paumatod, Nicolas Vaccaro



Montage de textes de :

Guennadi Aïgui, Joe Brainard, Charles Bukovski, E.E. Cummings, Claude Faïn, Michelle Grangaud, Bernard Heidsieck, Robert Lax, Goerges Perec, Nathalie Quintane, Jerome Rothenberg, Abderrazak Sahli, , John Taggart, Christophe Tarkos et Jean-Jacques Viton.


Présentation :

On ne sait pas encore de quoi exactement sera faite cette lecture, mais on peut dès maintenant supposer que s’il n’y a pas gros, on trouvera certainement un peu de vouloir, pas mal d’être et beaucoup de je. On suppose une autre chose : dire je veux être gros en ce moment, c’est un parler étranger. Ou un bégaiement dans sa propre langue – là c’est Deleuze qui parle. L’étrange petit poème de Tarkos bégaie les lettres de sa propre langue et à force de lire la poésie comme une langue étrangère, on se pose naturellement la question de la langue étrangère comme poème. Et on va peut-être lire les deux poèmes : celui qui bégaie en original, et celui qui fait l’étranger dans la langue d’arrivée.

Nanouk Broche, in le ' ' ' Cahier du Refuge ' ' ' 61, décembre 1997




voir aussi :
je veux être gros / langue étrangère (Ateliers)


lire aussi :
61


écouter :
La salle d'attente est tout à fait vide ...