ACCUEIL

   
CIPM
AUTEURS
PUBLICATIONS
SONOTHÈQUE
RÉSEAU
BIBLIOTHÈQUE
ARCHIVES
COMMANDE
LETTRE D'INFO
CAHIER CRITIQUE DE POÈSIE

EXPOSITIONS

'Pataphysique, Langage & Machines


Du dimanche 1er gueules au lundi 16 pédale CXXXIV


du vendredi 26 janvier au samedi 10 mars 2007

Exposition Proposée par
Jean-Roch Siebauer



Présentation :

En abordant, à travers diverses oeuvres littéraires & plastiques, les problèmes des machines à explorer le Temps, des machines célibataires, de la machine à décerveler, des machines littéraires & langagières, & des mécaniques (et machinations) du langage, l'exposition 'P.L.M. ('Pataphysique, Langage & Machines) entend présenter une petite partie des productions et recherches du Collège de Pataphysique, cette "société de recherches savantes & inutiles" qui s'intéresse à la "science des solutions imaginaires, qui accorde symboliquement aux linéaments les propriétés des ojets décrits par leur virtualité" inventée par Alfred Jarry à la fin du XIXème siècle.




1 – Que cette exposition ’P L M se déroule durant quelques semaines de l’année 2007 vulgaire — période lors de laquelle les Commémorations Zofficielles sécularisent le geste que fit Alfred Jarry de mourir (dûment) le jour des Morts de 1907 — ne doit pas laisser présumer un quelconque hommage au dit Jarry. Il s’agit ici de ’Pataphysique, et non du seul Alfred Jarry. Or, si Jarry est, non le créateur, mais l’inventeur de la Pataphysique (comme on parle de l’invention d’un trésor, ou de celle de la Vraie Croix), et qu’il la nomme (comme il nomma Ubu), et s’il est évident qu’il fut (et demeure) un très coruscant pataphysicien, et que « c’est avec une éminente pertinence pataphysique qu’ [il] a rendu manifeste la ’Pataphysique » (dixit Ruy Launoir), la Science cependant le précéda, comme elle lui succéda, puisque, de toute Ethernité, la Pataphysique est.

2 – À d’aucuns il pourra sembler quelque peu étonnant que les beaux locaux sénilo-caritatifs du cipM se consacrassent — alors qu’ils sont en règle générale voués aux émanations créatrices de la Pohésie, de la Lis-tes-ratures et de l’Hahart — à une manifestation purement pédagogique et scientifique, la Pataphysique étant la Science, et le Collège de ’Pataphysique « une Société de Recherches Savantes et Inutiles »... — Cependant, et justement parce qu’elle est, précisément, la Science, la Pataphysique — de même qu’elle subsume la ’Pataphysique 1 (comme la Science subsume la science) — subsume également, et imperturbablement, toutes les recherches de solutions imaginaires, qu’elles soient interprétations « scientifiques », « littéraires », « artistiques », ou autres, ou même qu’elles prétendent apposer l’étiquette « vrai » sur l’une de ces interprétations, « l’idée de “vérité” [étant] la plus imaginaire de toutes les solutions » (comme le remarque fort justement le Culminant Ruy Launoir, Régent de Cléïdologie, en ses Clefs pour la ’Pataphysique).

[...]

Jean-Roch Siebauer, Auditeur, 'P.L.M. : Quelques remarques, in le ' ' ' Cahier du Refuge ' ' ' 153, janvier 2007







voir aussi :
'Pataphysique, Langage & Machines (Manifestations)


lire aussi :
153

sur internet :
Collège de 'Pataphysique