ACCUEIL

   
CIPM
AUTEURS
PUBLICATIONS
SONOTHÈQUE
RÉSEAU
BIBLIOTHÈQUE
ARCHIVES
COMMANDE
LETTRE D'INFO
CAHIER CRITIQUE DE POÈSIE

MANIFESTATIONS

La revue "GPU"


le vendredi 27 novembre 2009, à 19h00

Présentation :
Brian Mura

Lectures, interventions :
Richard Skryzak, Arno Calleja, Brian Mura, Norbert Hillaire

Projection d'un fragment de La Constellation du Vidéastre de
Richard Skryzak



Présentation :

La revue GPU est née à Dunkerque en 2005. Brian Mura en est le directeur de publication. Jean-Luc Poivret le conseiller à la rédaction. La revue se consacre essentiellement aux écrits et manuscrits littéraires comme aux oeuvres (photographies, dessins, peintures actuelles) inédites. Ont été publiés Jacques Villeglé, Thomas Hirschnorn, Charles Bukowski, Mathias Pérez, Antoine Bréa, Wim Delvoye, Jean-Yves Bosseur, Fabrice Gigy, Joseph Guglielmi, John Giorno, Laurent le Forban, René Depestre. La revue GPU est publiée avec le concours du Centre national du livre.


Extrait :

Un ami un jour me disait tu vis dans l’abstraction. Alors on a discuté. Et je lui ai dit non je ne crois pas. Alors il a avancé, et il est revenu sur son idée, et il l’a reformulée, et il a dit non plutôt tu es un être abstrait. Alors là je comprenais mieux, bien que je fusse assez sourd à sa proposition, en me forçant j’arrivais à comprendre ce qu’il voyait, l’homme abstrait. Ça peut-être quelque chose comme l’homme générique. Ou l’homme qui ne patauge pas dans les particularités, et c’est vrai je n’ai jamais trop pataugé dans ce qui fait, pour chacun, le lot, quel mot, le lot de la vie, qui est, en gros, le sexe et le salariat.

À ne pas trop patauger, il arrive de ne pas être trop éclaboussé, ce qui peut avoir son importance lorsqu’on souhaite rester de bonne présentation, de bonne mise. Se regarder dans un miroir, c’est aussi arriver à s’appréhender comme une chose simple, face à soi, extérieure, une chose que l’on peut cerner en quelques secondes, et qui peut, entre autres, s’avérer avoir une bonne mise, un bon port.

À Marseille, où le centre-ville a toujours pué, et où maintenant il pue davantage d’avoir été complètement nettoyé, pelé, il m’a toujours plu de tenir un port de corps simple, beau pour tout dire, ce qui ne veut pas nécessairement dire rasé de près, parce que ça me donne des rougeurs de peau, ma barbe fait partie de mon soin, mon hygiène, précisément, parce qu’un port de corps est une chose qui s’acquiert par la simplicité, ce qui est le contraire d’une stylisation, mais un dénuement rehaussé d’un goût pour la simplicité, tenu. Les personnes qui vivent dans le centre-ville de Marseille tiennent le coup soit en maintenant leur personne, en soin, soit en abandonnant tout soin et en se vautrant dans l’irrespect de soi, l’alcool et la complaisance à la rue. Il n’y a qu’une alternative, rudasse, un peu extrême.
[...]

Arno Calleja, extrait de GPU 5, in le ' ' ' Cahier du Refuge ' ' ' 184, octobre 2009




lire aussi :
184


écouter :
Bande-annonce GPU
La forêt
Nulle part est un endroit (Richard Baquié) [Hubert Lucot]
(...)

sur internet :
La revue GPU