ACCUEIL

   
CIPM
AUTEURS
PUBLICATIONS
SONOTHÈQUE
RÉSEAU
BIBLIOTHÈQUE
ARCHIVES
COMMANDE
LETTRE D'INFO
CAHIER CRITIQUE DE POÈSIE

AUTEURS

Paul-Louis Rossi


Paul-Louis Rossi



Paul Louis Rossi est né à Nantes d’une mère bretonne et d’un père italien. Comme critique de cinéma on lui doit un essai sur Robert Bresson : L’Arbitraire. Comme critique de musique des chroniques dans Jazz Magazine et les Cahiers du Jazz. Il a collaboré aux Lettres Françaises et à la revue Change. Auteur de poésies, de récits, de romans, notamment : Le Voyage de Sainte Ursule (Gallimard) – Le Fauteuil rouge (Julliard) – Un Vocabulaire de la Modernité Littéraire (Minerve) – Inscapes, avec François Dilasser (Le temps qu’il fait) – Faïences, Prix Mallarmé 1995 (Flammarion) – La vie secrète de Fra Angelico (Bayard). Il a publié aussi une anthologie : Quand Anna murmurait (Flammarion 1999) – un récit : La voyageuse immortelle (Le temps qu’il fait, 2001) – un roman : La villa des Chimères (Flammarion2002), et récemment La rivière des Cassis aux éditions José Seria, à Nantes, 2003.


Extrait de « Aventures du Baron de La Hontan » :

« Il m’a semblé que je devais reconsidérer l’histoire de La Rivière Longue. Le sens et l’orientation de l’expédition n’étaient pas épuisés. Comme presque toutes les œuvres et les entreprises du Baron de La Hontan, l’épisode se trouvait contesté dans sa nature. Cela ne cessait de tourmenter la conscience des chroniqueurs, des savants et des géographes. Où diable pouvait-on situer le cours et la configuration de cette incroyable rivière ? Et quelles étaient ces peuplades, ces ethnies, ces tribus que le Baron prétendait avoir fréquentées et découvertes. Au pire, ses nombreux ennemis disaient qu’il avait tout inventé. La belle affaire !

A cette époque je perfectionnais ma connaissance des Sauvages dans les villes de Nantes et de La Rochelle. Je m’intéressais surtout à la civilisation des Pueblos, j’étudiais l’art et les moeurs des Hopis, Zunis, Navajos, et même celles des terribles Apaches. Donc La Hontan, en septembre 1688, avec se compagnie de Gardes marines et cinq indiens de la tribu des Outaouais, quitte le fort de Missilimakinac – on écrit aussi Michillimakihac –, traverse le lac Michigan jusqu’à Green Bay et descend la rivière de Wisconsin. »


écouter :

Le Baron La Hontan




Cahiers du Refuge :
144
79
26
(...)

interventions au cipM :

La Revue Faire Part (Manifestations)
Logogrammes (Expositions)
Christian Dotremont (Manifestations)
(...)